Les P'tites Bêtes

(et leurs berger-ères...)
The Métis
The Mourerous
The Caussenarde of The Garrigues

Barbara et Vincent, 150 brebis « Mourérous » sur les chemins, Guillaumes - 06-

 Nous sommes un troupeau de 150 copines au teint rubicond et dont la douceur laineuse des corps n'égale que celle de notre caractère.

 Au printemps, nous faisons nos agneaux dans une bergerie situées dans la vallée du Haut Var, au dessus des gorges de Daluis.

Nous avons embauché deux bergers, Barbara & Vincent, qui nous promènent par monts et par vaux tout au long de l'année, afin que l'on ne se lasse pas de ces jolis pâturages où nous paissont avec délice...

Stéphane, 200 brebis « Mérinos » à la Colle St Michel  - 04 -

 

Nous vivons avec notre troupeau dans un lieu magnifique, à 1500 m d'altitude, entourés des fabuleux paysages montagnards des Alpes de Hautes Provence. Nous vendons chaque automne nos agneaux bio, nés au printemps, élevés sous la mère et nourris à l'herbe de nos verts pâturages. Nous voulons un élevage respectueux de nos animaux et de l'environnement, c'est pourquoi nous nous sommes lancés dans la transformation de la laine, pour rendre honneur à nos brebis et à cette noble matière qu'elles produisent chaque année.


Claire et Jérémy, 150 brebis « Caussenarde des garrigues » : de l’Ardèche aux Alpes - Laurac 07-

 Voici nos curieuses bêtes à laine, teint pâle, et yeux en amande, laine courte et gambettes affutées, voici les caussenardes des Garrigues. Depuis 2011 en sud Ardèche et transhumant l’été dans les ALpes, nous vivons de sacrées aventures! La laine caractérisée par sa blancheur et son « gonflant », est donc parfaite pour faire des couettes chaudes et douillettes.

Marion et ses 80 brebis « Métisses » à Forcalquier -04-

Mon troupeau pâture dans les près aux abords de Forcalquier tant qu’il y a de l’herbe, puis lorsqu’elle se fait trop rare il migre en colline pour l’hiver et en montagne dans le Queyras l’été.

Les brebis et moi on s’est installées sur la ferme au début l’année 2016, donc c’est tout frais ! Ceci avec l’envie de former un tout cohérent, dont chaque élément à son importance : le lieu où l’on travaille, le lieu où l’on vit , la terre que l’on travaille, les plantes et arbres qui poussent autour de nous ou que l’on fait pousser, les animaux avec lesquels on travaille et ce qu’ils nous offrent ...ce qui m’a amené à m’ intéresser naturellement à la laine de mes brebis.

En travaillant tout les jours avec ses petites bêêêtes des envies plus précises sont nées : découvrir le monde de la laine et ses extraordinaires possibles, avoir plus de couleur dans mon troupeau et du coup dans ma laine (en restant en métis), partager savoirs et interrogations avec les copains et tout ceux que ça intéresse.

 

Julie dans la Drôme -26-

Les montagnes du Haut Diois, un petit troupeau de brebis Mérinos colorées, son chien et sa bergère, et des grosses machines pour transformer la laine !

Antoine et Typhenn, 200 brebis « Mérinos » qui sillonnent les Alpes de Haute Provence - Entrevennes 04-

Le troupeau passe l'hiver en collines ensoleillées dans la vallée de l'Asse, et cet été en montagne chez des amis à Barcelonnette. L'année est rythmée par les transhumances et les chantiers collectifs autour des brebis et de l'association. Nous découvrons avec joie la finesse et la douceur de la laine des brebis métisses, tout ce qu'on pourrait faire avec, et espérons conquérir le monde grâce à ces petites boules de laine !

Claire et Joël, 900 brebis Mérinos dans la Roya – Saorge 06 -

Nous sommes installés en couple dans la vallée de la Roya, à la frontière Italienne. Le troupeau pâture une grande partie de l’année en montagne près de la vallée des Merveilles. Il rentre en bergerie pour l’agnelage. Nous utilisons les ressources fourragères de notre environnement en gardant nos brebis tout au long de l’année. Les agneaux sont élevés à l’herbe sous la mère pour être vendus à la fin de l’estive. Pour nous, transformer et valoriser la laine de nos brebis est une façon de redémontrer que la Mérinos a aussi des qualités lainières remarquables. 


Clément, 350 brebis Mérinos, Argilliers -Gard 30-

 

Herbassier dans le Gard, mon troupeau pâture 8 mois de l'année entre vignes, collines et friches, et 4 mois en estive en Savoie. Les agneaux sont élevés à l'herbe. La race Mérinos est une bonne lainière. J'avais envie d'apprendre et partager avec les copains de l'association, l'apprentissage de la transformation de la laine.



 

Samuel, 300 mérinos dans le Gard, Bouquet -30-

Le troupeau pâture la plus grande partie de l'année dans les garrigues du grand Lassan, territoire classé Espace Naturel Sensible.

Les agneaux d'automne grandissent dans des luzernes, plantes aromatiques, sainfoins, vignes bio et sont vendus au printemps.

Les agneaux de printemps naissent en bergerie où ils restent pendant un mois environ jusqu'à ce que la colline redémarre, ensuite

ils se finissent en montagne dans le 05 et sont vendus a l'automne.

La laine est pour moi un matériau noble que je tiens à valoriser, et si ça permet de nous rassembler... Bê pourquoi pas. 

Ingrid, brebis Mourérous -26-

Installés depuis une dizaine d'année avec une centaine de Morerous  dans une petite ferme du Diois , après moults travaux , aventures et réalisations de projets (dont la brasserie), il était temps pour moi de me tourner vers la laine: que faire de cette matière qui nous a servit à isoler nos batiments et maison jusqu à présent???

Et comble de l'horreur, me rendre compte de mon incohérence en achetant des pelotes industrielles, alors que la matière première était sous mes yeux!!!!!!

Du coup , j'ai rejoint la Sarriette , j’apprends à trier la laine  , et je tricote enfin de la laine du jardin!

Simon & Margot , 50 Mourérous, Chateaufort -04-

Nous sommes installés depuis peu dans une ancienne ferme en rénovation, partagée avec un ami paysan-brasseur et sa vache de compagnie. Nos 4 premières brebis et chèvres sont arrivées il y a un an et demi, et depuis nous augmentons petit à petit le cheptel au fur et à mesure que nous rénovons des espaces pour les accueillir. La bergerie est aujourd'hui en travaux et devrait permettre d’accueillir à terme une centaine de brebis. En juin, nous transhumons à pied pendant une semaine avec le troupeau, chevaux, chiens et copains dans le Champsaur, pour passer l'été sur l'alpage de Méollion, à Champoléon. Nous sommes les petits nouveaux de La Sarriette : nous rejoignons l'association en 2019, avec l'envie d'apprendre la laine, de participer à la relocalisation de certaines productions bien souvent trop lointaines et de voir pousser des chaussettes dans les toisons de nos rouges copines!